Actualités

casque de vélo
Logo-groupe-ecomedia-web

Publié par le Groupe Écomédia

Avec l’explosion du marché du cycle, Sandra Arbet a été bien inspirée en lançant ses premiers casques de vélo sous sa marque #Diezz. L’entrepreneuse, banquière dans une précédente vie, a racheté l’entreprise de Saint-Jorioz GB Diffusion il y a un an, au décès de son fondateur Serge Benguigui. Sa spécialité ? Les casques de ski à visière intégrée (les premiers sur le marché), réputés performants (ils sont en ABS), confortables, “design” et légers (425 g). Des produits que l’entreprise conçoit en interne, en collaboration avec des designers, et qu’elle fait fabriquer en Italie. Autre point fort : la technologie Activlux, qui intègre une photochromie dans le verre, le rendant ainsi plus efficace et résistant.

Forte de ce succès, et parce qu’elle veut désaisonnaliser son activité, Sandra Arbet a décidé d’étendre ce savoir-faire à la mobilité douce en milieu urbain (vélo, trottinette, skateboard, gyropode…), avec le lancement, ce printemps, d’une gamme #Diezz City de quatre casques, et d’une autre pour enfants (3 modèles).
Au vu des premiers retours très positifs, la cheffe d’entreprise ambitionne de vendre 15 000 de ces nouveaux casques d’ici deux ans – à l’instar des casques de ski –, via son réseau de 400 revendeurs (dans 350 stations), des magasins de sport spécialisés (dont Au Vieux Campeur) mais aussi le Club Med.

 

Sandra Arbet

« Nous allons élargir la distribution aux magasins de cycles, aux enseignes multisports et aux plateformes web de l’outdoor », souligne Sandra Arbet.

Par ailleurs, la dirigeante, qui cible un modèle phygital, a créé un site marchand – disponible depuis juinet bientôt décliné en anglais – pour se faire connaître du grand public (objectif : 150 000 € en année 1, et 450 000 € en année 2). Au-delà, elle envisage d’exporter en Belgique, Allemagne, Autriche et Italie. #Diezz-GB Diffusion (groupe Arbet Participations), dont le chiffre d’affaires 2021 s’élève à 2,5 M€ avec dix salariés, espère atteindre 5 M€ en 2024 et 10 M€ d’ici cinq ans.

 

Patricia Rey

 

Accueil